Tékponon Jikuagou signifie « faire tout ce qui possible pour prévenir la mortalité infantile » dans la langue locale adja au Bénin.

L’utilisation de la planification familiale pour planifier et espacer les naissances est une stratégie éprouvée pour atteindre cet objectif. En Afrique subsaharienne, des ressources importantes ont été consacrées aux programmes de planification familiale, mais les besoins non satisfaits en planification familiale demeurent désespérément élevés. Même si des décennies de programmation ont permis d’améliorer les connaissances des individus, l’utilisation de la méthode n’a entraîné que des avancées modestes alors que les besoins non satisfaits ne cessent d’augmenter.

La recherche montre que le réseau social d’un individu (par exemple, le conjoint, la belle-mère et les amis) a une influence importante sur ses désirs de fécondité et de santé reproductive. Ainsi, il faut prendre en compte le contexte général dans lequel sont prises les décisions de santé reproductive pour accélérer les progrès tant attendus vers la réduction des besoins non satisfaits.

Tékponon Jikuagou est un projet de cinq ans financé par l’USAID qui vise à réduire les besoins non satisfaits en matière de planification familiale au Bénin à travers des interventions menées au sein du réseau social. La recherche formative a constaté que les normes sociales liées aux rôles de genre profondément enracinées sont à la base des besoins non satisfaits en matière de planification familiale. L’objectif est de créer un environnement social qui permet aux couples mariés d’atteindre leurs désirs de fécondité en favorisant un dialogue réfléchi et en catalysant le début sur les normes sociales relatives à la planification familiale et la diffusion d’informations à travers des groupes sociaux formels et informels, des leaders d’opinion influents et des individus bien connectés.

Découvrez le projet Jikuagou Tékponon:

Analyse du réseau social

Le projet Tékponon Jikuagou se penche sur le pouvoir des réseaux sociaux pour améliorer les comportements de santé à travers la théorie et les méthodes de l’analyse des réseaux sociaux, qui expliquent l’influence des réseaux sociaux sur les comportements individuels grâce à la cartographie des relations au sein d’une communauté. Cette approche permet aux chercheurs d’identifier les personnes les plus connectées et les plus influentes au sein d’un réseau donné et les différents circuits utilisés pour faire circuler l’information. Cette « cartographie de réseau social » permet d’expliquer comment de nouvelles idées partagées avec certaines personnes vont imprégner la communauté et fournir des informations essentielles pour accélérer le changement de comportement.

Les résultats de l’analyse des réseaux sociaux permettent au projet Tékponon Jikuagou  de mettre en œuvre des interventions qui engagent non seulement les personnes qui participent directement, mais également leurs conjoints, amis, membres de la famille et autres contacts sociaux d’une manière holistique. En ce sens, les structures sociales établies catalysent le partage d’informations et l’apprentissage social. Les groupes d’épargne et de prêts dans les villages, les associations agricoles ou commerciales et les groupes d’étude / religieux sont des exemples des types de réseaux par lesquels les normes et les informations relatives à la planification familiale peuvent être diffusés pour créer un environnement favorable à l’utilisation de la méthode.

Les principales caractéristiques de l’analyse des réseaux sociaux utilisés par le projet Tékponon Jikuagou sont les suivantes :

  1. Identification des personnes, des organisations ou des groupes influents dans la diffusion de l’information, des attitudes et des idées ;
  2. Précisions sur les personnes influentes (qui influencent qui ?) pendant le processus de diffusion ;
  3. Identification des canaux de communication et d’influence (par exemple, réunions de village, radio communautaire) ;
  4. Utilisation de ces réseaux pour diffuser les innovations.

Recherche formative

Recherche ethnographique :
Étude de la propagation de l’influence sociale et des informations sur la planification familiale à travers des réseaux d’hommes et de femmes dans deux communautés opposées : utilisation faible et élevée de la méthode et besoins non satisfaits faibles et élevés. Les résultats ont permis d’orienter l’élaboration des outils de collecte de données relatifs aux actions à mener en termes de recherche formative et de cartographie du réseau social.

Recensement du réseau social :
Mise au point de la cartographie sociale complète des deux villages. Tous les hommes et les femmes en âge de procréer ont été invités à citer les personnes sur qui elles comptaient pour obtenir un soutien matériel, pratique, cognitif ou émotionnel. Les attitudes perçues à l’égard de la fécondité et de l’utilisation actuelle de la planification familiale ont été étudiées pour chaque personne citée. L’analyse sociométrique a révélé l’influence relative des interactions sociales sur l’utilisation des produits contraceptifs, ainsi que le type et la densité des liens sociaux dans les villages de l’étude. Une fois que la cartographie du recensement a été complétée, des entretiens approfondis avec certains villageois représentant différents besoins non satisfaits et différents statuts au sein du réseau social, ont documenté la force et les directions des rôles et des relations observées

Passage en revue du programme :
L’examen complet des interventions existantes, même si elles n’étaient pas liées spécifiquement au « réseau social », a porté sur les principes de la théorie des réseaux sociaux. Les résultats ont orienté l’élaboration des interventions du réseau social.

Analyse de la situation :
Elle a été menée afin de mieux comprendre le contexte social général et les réseaux existants. Les résultats ont identifié les principaux obstacles à l’utilisation de la planification familiale et types de réseaux sociaux avec lesquels travailler.

Activités d’intervention

Les réalisations du projet Tékponon Jikuagou à ce jour :
La première année du projet Tékponon Jikuagou a été consacrée à la recherche formative afin de mieux comprendre les raisons qui expliquent les besoins non satisfaits en matière de planification familiale, y compris le genre, l’influence des réseaux sociaux des hommes et des femmes sur leurs attitudes envers la fertilité, et d’autres déterminants sociaux de l’utilisation de la planification familiale. Au cours de la deuxième année, les résultats de ces recherches ont été utilisés pour concevoir les interventions du réseau social. Les données de base ont également été recueillies dans les zones témoins et expérimentales, et une étude longitudinale suivant 60 hommes et femmes a été lancée. Les participants à l’étude seront interrogés tous les six mois pendant deux ans pour donner un aperçu de la nature dynamique des besoins non satisfaits.

Quelles sont les activités actuelles du projet Tékponon Jikuagou :
Grâce à nos partenaires, Plan International et CARE, la cartographie communautaire participative est réalisée dans chaque village d’intervention. Cela permet à chaque village d’identifier trois groupes sociaux très influents à travers lesquels les activités d’intervention seront mises en œuvre. Nous estimons que ces groupes faciliteront la diffusion rapide des informations et des activités dans l’ensemble de la communauté. Les interventions des réseaux sociaux sont en cours de déploiement dans 45 villages d’intervention dans un service de santé au Bénin (Couffo) et seront testées pendant une période de 18 mois. Les groupes communautaires sont formés pour surveiller les activités et utiliser les résultats pour améliorer leurs efforts.

Quelles sont les perspectives du projet Tékponon Jikuagou ?
Après la période d’essai initiale à Couffo, les activités d’intervention seront révisées et mises à l’échelle dans au moins un autre service de santé au Bénin. En cas de succès, nous pensons que ces innovations pourront être adaptées aux situations existantes en Afrique de l’Ouest et auront probablement un fort impact sur la réduction des besoins non satisfaits persistants dans la région.